Jouer… sérieusement! - Musée McCord
© Musée McCord

Jouer… sérieusement!

Avoir un cœur d’enfant est un atout précieux lorsqu’il faut concevoir une exposition thématique sur les jouets!

Catherine K. Laflamme, chargée de projets, Expositions, Musée McCord

23 avril 2020

Participer à la réalisation d’une exposition de jouets, ça commence par poser un regard différent sur la collection. Une rencontre singulière avec les objets de la réserve pour tisser l’histoire qui sera racontée aux visiteurs. Poupées, animaux en peluche, jeux de table ou patins à roulettes, tous peuvent devenir des acteurs importants, tout comme le globe terrestre, l’assiette à dîner, le fer à repasser ou la corne à poudre. Aucune distinction n’est faite. Les objets sont au service de l’aventure que les enfants découvriront, peu importe leur fonction première! Pour travailler sur le scénario d’une exposition de jouets, il faut mettre ses lunettes d’enfants et voir le monde autrement.

Inutile de vous dire que cette étape se fait dans le rire, le plaisir et laisse une grande place à l’imagination et à la créativité. Une créativité qui se retrouve dans une scénographie colorée, ludique et ingénieuse, chaque fois renouvelée.

Ainsi de nouveaux défis – aussi inusités que stimulants – s’offrent à nous. Réinventer le chapiteau de cirque pour notre ami Monsieur Lapin, imaginer un igloo grandeur nature fait d’oreillers, créer un banc en forme de chien saucisse, rêver à des fonds marins stellaires avec des culs-de-poule en suspension, voilà quelques-unes des idées fantaisistes réalisées pour ces expositions.

Et c’est avec des équipes hétéroclites extraordinaires que se crée la magie autour de ces expositions. Conservateurs, restaurateurs, réviseurs-traducteurs, scénographes, graphistes, peintres scéniques, accessoiristes, fabricants de mobilier, éclairagistes, techniciens, couturières, spécialistes audiovisuels, tous travaillent en étroite collaboration en jouant… sérieusement !

SAVIEZ-VOUS QUE?

SNOOPY SNIFFER

Dévoilé par Fisher Price en 1938, Snoopy Sniffer deviendra l’un des jouets les plus populaires de l’histoire de la compagnie et le coup de cœur de nombreuses générations d’enfants. Bien que cet adorable basset en bois aux longues oreilles porte le même nom que le célèbre chien de la bande dessinée Peanuts, Snoopy Sniffer le devance de plus de 10 ans. L’histoire de Charlie Brown et de Snoopy imaginée par le dessinateur Charles M. Schulz ne commence en effet qu’en 1950. Après une absence de quelques années, Snoopy Sniffer revient sur le marché sous le nouveau nom de Snoop n’ Sniff.

Snoopy Sniffer, Fisher Price Toys, vers 1938. Don de la succession de Frederick Forbes, M2009.16.13 © Musée McCord

SOCK MONKEY

La chaussette peluche en forme de singe, aussi appelée Sock Monkey, est un jouet nord-américain traditionnel qui remonte au moins aux années 1930. En 1939, la Sears, Roebuck & Company, une des plus grandes entreprises de vente par correspondance au monde, se met à vendre les Rockford Red Heel Socks, un produit breveté de la Nelson Knitting Company d’IllinoisChaudes, confortables et résistantes, ces chaussettes étaient très appréciées des fermiers et des ouvriers. L’origine du modèle de la peluche reste un mystère. Toutefois, chaque paire de chaussettes commandée à la Sears, Roebuck & Company était envoyée avec des instructions pour confectionner une peluche avec les vieilles chaussettes. Des générations plus tard, ces charmantes peluches continuent à charmer petits et grands!

Poupée, Sock Monkey, vers 1960. Don de Moira McCaffrey, M2004.133.1.1 2 © Musée McCord

MECCANO

L’histoire de ce jeu iconique commence il y a plus d’un siècle à Liverpool en 1899, aux alentours de Noël. Frank Hornby cherche une idée de cadeau original pour ses deux garçons. Il fabrique alors une grue en fines bandes de métal percées qu’il assemble entre elles avec de petites vis et des écrous. C’est la naissance du Meccano. Voyant le potentiel de son invention, Hornby la met au point et la commercialise – un pari bien joué! Breveté en 1901, ce jeu de construction est réputé avoir rapporté plus d’un million de dollars à son inventeur.

Jeu de construction, Meccano, vers 1910. Don de Tim Brodhead, M2002.118.2.1 © Musée McCord

MONOPOLY

L’histoire veut que le Monopoly ait été inventé en 1933 à Philadelphie par Charles Darrow. Pourtant, trois décennies plus tôt, Elizabeth Magie avait créé un jeu remarquablement similaire, le Landlord’s Game – le « jeu du propriétaire foncier  » – , basé sur la pensée de l’économiste Henry George. Magie avait imaginé deux règles du jeu. Une règle antimonopole qui permettait à tous les joueurs de s’enrichir, et une règle promonopole dont le but était d’écraser les concurrents. Ironiquement, Parker Brothers, qui acheta les droits du Monopoly de Darrow, avait refusé deux fois, en 1909 et en 1923, le concept d’Elizabeth Magie.

Jeu, Monopoly, The Copp Clark Company, Limited, 1936. Don de la succession de Frederick Forbes Angus, M2008.133.9.1-9 © Musée McCord

TAMMY

Cette poupée au physique d’adolescente s’appelle Tammy et tout comme Barbie, elle possédait une impressionnante collection de vêtements et d’accessoires. Peu à peu, la famille s’agrandit et apparaissent sur le marché son père, sa mère, ses deux frères (Pete et Ted), sa sœur (Pepper) et un certain nombre d’amis. Mais voilà… si les mères préfèrent Tammy à cause de ses proportions plus réalistes, les petites filles, quant à elles, veulent la plantureuse Barbie. En 1965, devant l’impopularité croissante de la poupée, Ideal Toy, à l’origine de Tammy, crée la Grown Up Tammy au physique plus fin et élancé. Mais c’est peine perdue : Tammy ne réussit pas à concurrencer sa belle rivale et sa production cesse en 1966.

Poupée Tammy, The Doll you Love to Dress, Reliable Toys, Toronto, Canada, vers 1964. Don de Mme Barbara Dylla, M2013.60.1.1-22 @ Musée McCord

DÉCOUVREZ 10 ANNÉES DE BONHEUR RENOUVELÉ !

À propos de l'auteure

Catherine K. Laflamme, chargée de projets, Expositions, Musée McCord

Catherine K. Laflamme, chargée de projets, Expositions, Musée McCord

Catherine jongle subtilement avec les couleurs et des éléments de décor évocateurs, apportant sa touche de créativité à tous les projets d’exposition dont elle dirige les équipes multidisciplinaires. Elle adore jouer dehors et cet intérêt pour les espaces verts se reflète dans sa pratique artistique et ses installations extérieures contrastées, situées dans la nature et en milieu urbain.
Catherine jongle subtilement avec les couleurs et des éléments de décor évocateurs, apportant sa touche de créativité à tous les projets d’exposition dont elle dirige les équipes multidisciplinaires. Elle adore jouer dehors et cet intérêt pour les espaces verts se reflète dans sa pratique artistique et ses installations extérieures contrastées, situées dans la nature et en milieu urbain.