34e édition du Festival international du Film sur l’Art (FIFA)

Samedi 12 mars, à partir de 12 h 30

Photo : Golden Shot

Projections du Festival International du Film sur l’Art

FIFA

Dans le cadre de la 34e édition du Festival international du Film sur l’Art (FIFA), le Musée, en collaboration avec le Festival, propose quatre journées de projections publiques au Théâtre J.A. Bombardier,  le vendredi 11 mars, les samedis 12 et 19 mars, ainsi que le dimanche 20 mars 2016.

Les films présentés au Musée McCord, soigneusement sélectionnés par le FIFA, abordent, pour la plupart, des thèmes qui rejoignent celles des riches collections du Musée et parviennent à souligner l’importance de la photographie, de la mode ainsi que de la culture autochtone.

Projections payantes. Pour acheter un billet et connaître le synopsis détaillé de chaque film, visitez le site du Festival international du film sur l’Art 2016 
Places limitées. Aucune réservation n’est requise ou acceptée.

–        Privilège aux Membres : rabais de 25 % sur les billets pour les films présentés dans le cadre du FIFA. Devenez Membre.

–        Obtenez un rabais de 5 $ sur une entrée au Musée en présentant votre billet FIFA (valide pour une entrée famille, adulte ou 65 ans et plus).
Rabais applicable pendant la durée du FIFA 2016.

Programmation du samedi 12 mars 2016

À partir de 12 h 30 :

Golden Shot
Gokalp Gonen, 2015
Turquie
Durée : 9 minutes
Sans dialogues
Première montréalaise

Des machines rouillées vivent dans de petites maisons et pensent que le soleil va venir les chercher pour les emmener dans le ciel. Une petite lumière les maintient en vie et les fait rêver. Mais l’une d’entre elles veut voir le soleil par ses propres moyens et a un plan.

suivi de CinéKino – Une histoire franco-allemande du cinéma
Laurent Heynemann et Matthias Luthardt, 2015
France
Durée : 104 minutes
Version originale française et allemande, sous-titrée française
Première canadienne

CineKino – Une histoire franco-allemande du cinéma retrace plus d’un siècle de relations entre les cinémas français et allemand, ce qui les a rapprochés, ce qui les a séparés et ce qu’ils se sont appris mutuellement. Archives, entretiens et évocation de lieux témoignent de deux histoires, deux cinématographies qui se télescopent et rappellent les relations parfois complexes, conflictuelles ou au contraire harmonieuses entre les cultures française et germanique par l’intermédiaire de leurs personnalités marquantes.

À partir de 15 h :

Sur la piste de Fletcher Wade Moses
Bertrand Carrière, 2015
Canada
Durée : 21 minutes
Version originale française et anglaise, sous-titrée française
Première mondiale

Le photographe documentaire Bertrand Carrière s’intéresse à la mémoire et à l’histoire des lieux. Alors qu’on lui lègue un mystérieux album de photographies de la Première Guerre mondiale, il décide de partir sur la piste de Fletcher Wade Moses, le propriétaire de l’album. Cette quête de plusieurs années le mène sur les lieux transformés par la guerre en France et en Belgique, à la recherche d’une mémoire qui s’effrite. Il rencontre également les héritiers de Fletcher Wade Moses. Mais surtout, il tente de comprendre qui était ce personnage insaisissable derrière ces images troublantes.

suivi de Paolo Ventura, Vanishing Man
Erik Van Empel, 2015
Pays-Bas
Durée : 47 minutes
Version originale anglaise et italienne, sous-titrée anglaise
Première nord-américaine

Le photographe italien Paolo Ventura (né en 1968) invente des histoires élaborées à partir des matériaux les plus simples. Ventura a renoncé à une carrière de photographe de mode, car il voulait photographier des images qui le hantaient depuis son enfance à partir des souvenirs de la guerre que sa grand-mère lui racontait.  Dans une grange au sommet d’une montagne isolée, il crée un univers mélancolique intemporel d’une inquiétante étrangeté, qui fait écho à l’isolement dans lequel il a grandi. Le film brosse un portrait complexe de cet artiste fascinant et dissèque les thèmes de son œuvre.

suivi de Jacqueline Salmon – l’art d’avancer masquée
Teri Wehn Damisch, 2016
France
Durée : 54 minutes
Version originale française
Première mondiale

Jacqueline Salmon est reconnue pour sa pratique d’une photographie à caractère documentaire, principalement pour ses travaux sur l’architecture, les lieux en mutation dont le destin reflète l’évolution de notre société. Derrière la rigueur des cadrages, des compositions et des formats, la réalisatrice Teri Wehn Damisch s’est attachée à révéler les éléments d’une autobiographie masquée. À l’origine de ces vues récurrentes de bâtiments en chantier, un corps surgit, en chantier lui aussi, à la suite d’un grave accident.

À 17h30 :

Hockney
Randall Wright, 2014
Royaume-Uni
Durée : 112 minutes
Version originale anglaise
Première québécoise

Pour la première fois, David Hockney (né en 1937), l’un des artistes les plus importants de sa génération, a donné un accès illimité à ses archives visuelles personnelles pour ce portrait exhaustif. Du « swinging London » des années 1960 à la scène contemporaine florissante de New York, de ses années à Los Angeles à ses souvenirs douloureux de l’épidémie du sida des années 1980 et 1990, le film retrace la trajectoire de ce rebelle charismatique. Sans cesse en quête de nouvelles manières de voir, Hockney continue, à 77 ans, de travailler tous les jours dans son atelier, avec la même passion.

À partir de 19h30 :

Debris | Débris
John Bolton, 2015
Canada
Durée : 15 minutes
Version originale anglaise, sous-titrée française
Première québécoise

Le film suit Pete Clarkson, un artiste de Tofino, en Colombie-Britannique, alors qu’il réalise un monument commémoratif en hommage aux victimes du séisme de 2011 de la côte Pacifique du Tohoku. Quelques années après cette catastrophe qui l’a profondément affecté, alors que du bois déchiqueté et d’autres épaves de Fukushima se mettent à échouer sur la plage, l’inspiration surgit. Le résultat est une sculpture évocatrice, un lieu de mémoire et de recueillement, qui jette un pont émotionnel avec un peuple de l’autre côté de l’océan.

suivi de La voix de la kora
Claudine Pommier, 2016
Canada
Durée : 45 minutes
Version originale française et anglaise, sous-titrée française
Première mondiale

Instrument au son délicat et profond, la kora est une harpe-luth originaire de l’Afrique de l’Ouest. Traditionnellement, la kora est jouée par les griots, qui sont aussi conteurs, poètes, mémorialistes, conseillers des princes, médiateurs. Le griot parle et chante tout en jouant des musiques extrêmement élaborées, transmises de père en fils, enrichies à chaque génération. Le film retrace l’histoire et l’évolution de cet instrument, et explore l’interaction de la musique africaine avec la musique occidentale.

suivi de Pedro E. Guerrero: A Photographer’s Journey
Yvan Iturriaga et Raymond Telle, 2015
États-Unis
Durée : 53 minutes
Version originale anglaise
Première montréalaise

Les jalons importants de la vie du photographe Pedro E. Guerrero (1917-2012), notamment sa rencontre en 1939 avec l’architecte Frank Lloyd Wright en Arizona et sa carrière de photographe réputé à New York après la guerre. Après la mort de Wright, Guerrero travaillera avec les sculpteurs Alexander Calder et Louise Nevelson, car il sera mis à l’écart des magazines en raison de sa vive opposition à la guerre du Vietnam. Il termine sa vie en Arizona. Sa seconde épouse et archiviste Dixie Legler Guerrero, la sculpteure Maria Nevelson, proches, collaborateurs et spécialistes d’architecture rappellent sa figure.

 

Consultez la programmation des projections au Musée pour le vendredi 11 mars, le samedi 19 mars et le dimanche 20 mars.

À ne pas manquer

Gratuité en illimité

Les Membres bénéficient de l'entrée gratuite et illimitée aux musées McCord et Stewart, et plus encore.

DEVENEZ MEMBRE

Soyez parmi les initiés!

Abonnez-vous à nos envois pour être informé en primeur de nos expositions et activités.

Abonnez-vous maintenant!